Dans les forêts du nord-est de la France, les attaques de scolytes causent d’importants ravages sur les peuplements d’épicéas. Le phénomène progresse aussi désormais vers la région Auvergne-Rhône-Alpes. Pour lutter contre l’expansion de cet insecte ravageur et maintenir la vitalité des forêts, les équipes de l’ONF se mobilisent.

Initialement déclenchée en région Grand Est, l’épidémie de scolytes progresse et s’étend désormais sur la quasi-totalité des forêts d’épicéas de la moitié nord de la France (Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Normandie). En creusant des galeries sous l’écorce des arbres, ces insectes ravageurs finissent par couper la circulation de la sève conduisant à la mort prématurée des peuplements d’épicéas des forêts de plaine.

En région Grand Est, où une cellule de crise réunissant les professionnels de la filière forêt-bois a été activée, on estime à 400 000 m3 le volume d’épicéas attaqués en 2018 par le coléoptère. Dans les forêts publiques situées aux alentours de Verdun, environ 80 000 à 100 000 m3 de bois sont concernés à ce jour, soit l’équivalent d’une année et demi de récolte. « C’est bien pire que ce qu’on avait imaginé », témoigne René-Marc Pineau, responsable de l’unité territoriale de Verdun. Cette région n’est plus la seule atteinte. Dans le Jura, en Haute Savoie, en Isère, dans l’Ain et le Massif Central également (région Auvergne-Rhône-Alpes), des foyers de scolytes ont été localisés.

Pour plus d’information :

https://www.onf.fr/+/2e0::epidemie-de-scolytes-les-forestiers-de-lonf-sur-le-front.html