Créé par la loi d’état d’urgence sanitaire, ce délit prévoit qu’une personne verbalisée à plus de trois reprises pour violation du confinement dans un délai de 30  jours est passible d’une peine de 6 mois d’emprisonnement et de 3 750 d’amende. Ce délit a été validé par le Conseil constitutionnel le 26 juin 2020 dans le cadre de 3 questions prioritaires de constitutionnalité (QPC).


Source: Justice
Le délit de violation du confinement est conforme à la Constitution